« Adaptation d’une profession à son environnement numérique : le cas de l’expertise comptable » par Pascal Mantel

Pascal Mantel, doctorant à l’Université d’Angers

Pascal MANTEL est doctorant à l’Université d’Angers sous la direction de Catherine KUSZLA (P.U. en Sciences de Gestion). Ses recherches portent sur l’adaptation des organisations à leur environnement. Il étudie plus spécifiquement l’histoire récente de la profession comptable française et ses stratégies pour maintenir ou accroître son territoire professionnel confronté à une évolution de son cadre réglementaire et technologique.
Il s’intéresse plus précisément à la profession d’expert-comptable et à son institution, l’Ordre des experts comptables, ordre professionnel créé sous le gouvernement de Vichy, chargé de représenter la profession.

Ce billet fait suite à son intervention lors de la table-ronde « Numérique : le nouvel esprit des organisations » des journées doctorales « sociétés numériques » (15-16 novembre 2017).


Droits: Fotomelia

L’arrivée d’Internet et des nouvelles technologies au tournant du 21ème siècle puis du numérique a modifié en profondeur le travail des collaborateurs et l’organisation des cabinets comptables. Toutefois, comment s’est adaptée la profession d’expert-comptable à ces changements technologiques pour préserver son territoire professionnel ? Si « les évolutions dans cette profession, qui comprend une vingtaine de milliers de professionnels, ne font jamais de bruit » comme le rapporte un de ses anciens dirigeants, l’objectif de ce billet est de lever une partie du voile …

Les bouleversements induits par les TIC et le numérique sur la profession d’expert-comptable

Si aujourd’hui Internet et les nouvelles technologies nous sont familiers sur nos lieux de travail et dans les foyers, leur arrivée a d’abord été appréhendée dans le milieu des années 1990 avec crainte, comme tout changement, par la profession d’expert-comptable et son institution, l’Ordre des Experts-Comptables (OEC). L’OEC est un ordre professionnel chargé de veiller à la protection de la profession qu’il représente et au maintien de son territoire. L’OEC, institution ordinale, est une personne morale de droit privé à qui l’Etat Français a conféré une mission de service public. Son organisme de tutelle, par l’ordonnance n°45-2138 du 19 septembre 1945 a octroyé aux experts-comptables une prérogative d’exercice sur la tenue de comptes. Contrairement à une situation de monopole, les clients ne font appel à un professionnel inscrit au tableau de l’Ordre que s’ils ne tiennent pas eux-mêmes leur comptabilité.

Comme toute profession, l’expertise comptable évolue dans un environnement contingent et reste soumise à ses fluctuations. Ainsi, au tournant du 21ème siècle, une pression exogène de nature technologique est alors susceptible de remettre en cause sa prérogative d’exercice sur la tenue de comptes. Cette menace se concrétise avec l’arrivée d’Internet et des Technologies de l’Information et de la Communication. Ses principaux facteurs déstabilisateurs sur la profession sont les suivants :

  • L’apparition régulière de nouveaux outils couplée à la difficulté du choix d’appropriation des « bons outils » pour les cabinets perturbe ces derniers.
  • Internet et les technologies numériques facilitent la tenue de comptes.
  • Une étude de Frey et Osborne (2013) souligne que les professions de comptables et d’auditeurs peuvent être automatisées à plus de 90 %.
  • La facilité de traitement de l’information procurée par ces technologies étend le champ des tâches automatisables aux tâches cognitives.
  • Les technologies autorisent la standardisation des services offerts et remettent en cause le rôle premier de l’expert.
  • Les évolutions technologiques bouleversent constamment le monopole et la déontologie.
  • La réintégration par les entreprises de la tenue de comptes dans le processus de production des comptes questionne les différentes parties prenantes sur la nécessité de maintenir en place la prérogative d’exercice octroyée aux experts-comptables.

Freepik: Tous droits réservés

Après avoir souligné les mutations majeures, passons maintenant à leurs principaux effets sur la profession et les cabinets comptables :

  • Les experts-comptables en tant que dirigeants et « conseillers » des entreprises sont impactés par cette révolution qui modifie leurs missions et l’organisation des cabinets comptables.
  • Technologies et évolution des usages conduisent les cabinets comptables à repenser à la fois les modes d’exercice, de production et d’organisation des cabinets.
  • Les tâches des collaborateurs évoluent avec la disparition progressive des déclarations papiers.
  • La facilité d’appropriation de technologies opère une mutation des pratiques et modifie les usages des clients des cabinets comptables.
  • Un transfert de tâches s’opère alors entre les cabinets et les entreprises. En effet,  les clients reprennent progressivement en charge la tenue de comptes sous-traitée aux experts-comptables leur occasionnant ainsi une diminution de leurs honoraires alors que cette prestation représente une part importante de leur chiffre d’affaires.
  • La facilité d’accès au savoir et aux connaissances questionne la place de l’expert dans notre société numérique et donc celle de l’expert-comptable « sachant » qui se transforme en certificateur et conseiller des entreprises.

La technologie rend en partie obsolète in fine la prérogative d’exercice sur la tenue de comptes.

Après avoir montré en quoi consiste l’évolution de la profession induite par l’arrivée des technologies, il nous faut essayer maintenant de dépeindre comment l’institution au travers de ses dirigeants s’y est prise pour adapter la profession comptable à ces mutations.

Adaptation de la profession à son environnement numérique

Une des missions de l’Ordre est d’adapter la profession aux changements considérés comme majeurs afin de préserver son territoire. Le Conseil Supérieur de l’OEC (CSOEC) s’appuie sur les ordres régionaux, courroie de transmission entre le Conseil supérieur et les experts-comptables et leurs cabinets. Dans l’adaptation de la profession, il est nécessaire également de distinguer les rôles des experts-comptables élus au CSOEC de  ceux des salariés permanents.

Après une phase de prise de conscience des changements réglementaires et technologiques qui influent sur la profession, le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables a mis en place des stratégies pour adapter la profession d’expert-comptable afin de résister aux mutations technologiques. Celles-ci passent tout d’abord par la mise en place d’outils classiques :

  • Une veille active constitue une première réponse à ces chocs. Elle est développée à plusieurs niveaux :
    • Tout d’abord, les permanents au siège sont chargés de repérer les nouvelles menaces technologiques susceptibles d’avoir un impact sur la profession.
    • La veille et le partage des savoirs au niveau des clubs créés par le Conseil supérieur permettent aux experts-comptables adhérents de suivre les évolutions et de se spécialiser.
    • La présentation des avancées technologiques des partenaires invités lors des congrès annuels organisés par la profession, qui regroupent un tiers de la profession, évite la fracture numérique de la profession et révèle les tendances du marché.
    • Un autre niveau d’alerte se situe sur le terrain au niveau des Conseils régionaux. Le succès de la réactivité de l’Ordre et de son adaptation s’explique en partie par la connexion du Conseil supérieur aux conseils régionaux.
  • Lorsqu’une nouvelle menace est repérée, l’Institution crée une commission, basée au siège du Conseil supérieur, composée d’élus assistés par les permanents chargés de suivre son évolution et s’il y a lieu, un groupe de travail est créé.
  • L’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) passe aussi par la formation des experts-comptables, de leurs collaborateurs en région et des clients.

Sur le plan technologique, le rôle du CSOEC est donc de convaincre les cabinets comptables des enjeux technologiques, d’accompagner et de former les experts-comptables et leurs collaborateurs dans la phase d’appropriation des technologies.

Le CSOEC a également mis en place une stratégie professionnelle (Larson M. S., 1977) de captation des clients des cabinets. Elle s’est matérialisée par la création en 2000 d’un portail internet déclaratif[1], « jedeclare.com », conduisant à une dématérialisation généralisée de l’ensemble des déclarations fiscales, sociales mais aussi des états comptables. Dès le départ le portail est pensé comme un outil au service de la profession. La création de normes standards, à l’initiative du conseil supérieur, acceptées à la fois par les administrations et les éditeurs de même que la jonction des besoins des professionnels, de leurs clients et des administrations fiscales et sociales ont été des conditions du succès de ce portail. Cette stratégie délibérée, pensée pour protéger la profession, a donc consisté à recréer un monopole de fait basé sur la dépendance technologique pour consolider la prérogative d’exercice menacée ou se substituer à cette dernière si elle venait à disparaître. Elle consiste à rendre dépendante la clientèle obligée d’utiliser les mêmes normes techniques pour pouvoir déléguer aux cabinets comptables la télétransmission de leurs documents.

Si l’économie des plateformes est aujourd’hui est réalité bien ancrée, force est de constater qu’en créant son portail en 2000, l’OEC était visionnaire.

Ces réponses aussi efficaces qu’elles ont pu l’être jusqu’à maintenant pour adapter la profession ne doivent pas néanmoins occulter un fait : sur une longue période, les frontières des activités de services et des monopoles qui s’y exercent ne sont pas figées (Abbott, 1988), l’adaptation numérique n’est  en effet qu’un épisode d’un long processus.


[1] Il offre aux clients à travers un guichet unique la possibilité de télédéclarer sans avoir à ressaisir les données.


Amélie Renard

MSH Ange Guépin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.