“Le travail à l’ère des plateformes numériques d’intermédiation : entre espoirs et désillusions” par Sophia Galiere

Sophia Galiere réalise actuellement à l’Université de Nantes une thèse en sciences de gestion sous la direction de Mathieu Detchessahar. Ce billet fait écho à son intervention lors de la table-ronde « Numérique: le nouvel esprit des organisations » des journées doctorales « sociétés numériques » (15-16/11/2017).


La transformation numérique de la société est porteuse de nouveaux modèles économiques et son innovation socio-technique centrale, la plateforme de travail à la demande, est susceptible de transformer les manières d’organiser le travail. Grâce à ces plateformes, la société numérique peut-elle devenir une société collaborative ?

Le développement des plateformes numériques de travail

Uber

L’objet technique plateforme de travail à la demande est directement lié au développement des outils de collaboration du Web 2.0 : la communauté des internautes participe à l’évaluation des fonctionnalités des plateformes, enrichit les contenus en laissant des commentaires ou en remplissant des profils. Ces outils du Web 2.0 ont permis l’émergence de nouvelles formes d’organisation et de travail que Frery (2010) nomme “management  2.0” et qui se caractérisent par “la dilution des contours de l’entreprise, l’innovation ouverte, la co-conception de l’offre, l’agrégation d’acteurs autonomes”… Ces nouvelles formes d’organisation du travail, davantage externalisées, ne reposent plus sur la relation salariale. Néanmoins, ces mutations ne s’expliquent pas uniquement par les innovations numériques : il existe de fortes imbrications avec les environnements organisationnels et économiques. Cazal et ses collègues (2016) notent en effet la multiplication depuis une vingtaine d’années de pratiques de gestion en marge de la fonction RH, voire de l’entreprise, afin de répondre aux besoins de flexibilité inhérents à une économie mondialisée. L’innovation organisationnelle des plateformes est ici incrémentale plutôt que radicale : elle constitue une forme renouvelée d’externalisation qui leur permet de remplacer la rigidité perçue des relations employeurs – employés par des relations marchandes ponctuelles et dématérialisées.

Des premiers espoirs suscités par l’économie collaborative

En s’opposant au modèle industriel d’emploi que représente le salariat, les plateformes suscitent l’espoir d’une “société collaborative” (OuiShare, 2015). Les plateformes de travail à la demande, dans leur diversité, appartiennent en effet toutes à ce que l’on appelle l’économie collaborative.

Shutterstock

Borel & ses collègues (2015) dégagent trois principes communs et fondateurs de l’économie collaborative : horizontalité des modèles économiques (en opposition à la verticalité hiérarchique, planifiée et standardisée des organisations), démocratisation des compétences et logique de l’accès pour tous. Proposer un travail libéré de l’organisation et de l’élitisme des professions, telle est la critique artiste (Boltanski & Chiapello, 1999) portée par les plateformes d’intermédiation insérées dans l’économie collaborative. Grâce au “potentiel libérateur de la technologie” (De Grave in Collectif OuiShare, 2015, p.33), la société numérique collaborative peut se recentrer sur le travail plutôt que sur l’emploi. Stiegler (2015, p. 52) continue dans ce sens : “l’emploi qui s’est développé depuis deux siècles à travers le salariat a progressivement mais irrésistiblement détruit le travail”. Le salariat est vu comme étant aliénant car la question du sens du travail est laissée aux dirigeants des organisations : le travailleur “ne définit lui-même ni le contenu, ni l’utilité de son travail” (Gomez, 2016, p. 60) et ce d’autant plus que l’appareil de gestion se sophistique avec la financiarisation de l’économie. Les plateformes de travail à la demande, du moins certaines d’entre elles, apparaissent comme des formes d’organisation du travail alternatives qui laissent la part belle à l’autonomie et à la créativité des travailleurs, libres de s’y investir ou non.

Collaboration ou ubérisation ?

Et si, plutôt que d’encourager un modèle de société alternatif de collaboration, les plateformes intensifiaient la compétition entre travailleurs ? La promotion par les plateformes de l’image d’un travail idéal, calqué sur l’activité artistique, n’annonce pas tant l’installation d’un modèle alternatif au capitalisme (le collaboratif) qu’il ne confirme le constat de Menger (2002) : le créateur est devenue la nouvelle figure exemplaire du travail dans l’économie capitaliste. En effet, les arts ont toujours été des précurseurs dans l’expérimentation de “l’hyperflexibilité” : auto-emploi, free-lancing et autres formes atypiques (intermittent, temps partiel, multisalariat) y sont les modalités dominantes du travail. Pour autant, l’artiste comme le travailleur des plateformes se doit d’être intrinsèquement motivé, adaptable, autonome et inventif malgré le caractère incertain de sa situation d’emploi. Les plateformes proposent un marché proche de la concurrence pure et parfaite, où la logique du “moins disant” (tirant les prix vers le bas) remplace la logique des statuts d’emplois et des rétributions. Précarité économique du “travailleur nomade” (De Nanteuil & Zune, 2016),  mais aussi précarité des modes de vie : forcé d’ajuster ses compétences au gré des évolutions des demandes, quelles possibilités s’offrent à lui pour concrétiser un projet de “vie bonne” sur la durée ?

Bataille juridique face au non-paiement des dernières prestations réalisées avant la cessation d’activité de l’entreprise de coursiers à vélo Take Eat Easy ; actions collectives des coursiers de Deliveroo pour refuser le passage du paiement horaire au paiement à la tâche… Les mouvements sociaux se multiplient pour dénoncer les injustices à l’oeuvre au sein de “l’économie collaborative” et des plateformes numériques, désencombrées des normes protectrices du salariat. Vers une refondation de notre modèle social ?

Bibliographie :

Borel, S., Massé, D., Demailly, D. 2015. L’économie collaborative, entre utopie et big business, Esprit, (n°7): 9-18.

Cazal, D. et al. 2016. Le crowdsourcing au prisme du travail et de l’emploi : entre innovation et régression. RIMHE : Revue Interdisciplinaire Management, Homme & Entreprise, 4,(n° 23): 68-86.

Collectif OuiShare (sous la dir. Filippova, D.). 2015. La Société collaborative : La fin des hiérarchies, Paris, Rue de l’échiquier, 128p.

De Nanteuil, M. et Zune, M. 2016. Éditorial : Économie collaborative et (in)justice sociale, Revue Française de Socio-Économie, 2(n° 17): 5-12.

Gomez, P-Y. 2013. Le travail invisible – Enquête sur une disparition, Paris, Editions François Bourin, 253p.

Menger, P.-M. 2002. Portrait de l’artiste en travailleur : Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil, 96p.

Stiegler, Bernard. L’emploi est mort, vive le travail !: entretien avec Ariel Kyrou. Paris, France: Mille et Une Nuits, impr. 2015, 2015.


Amélie Renard

MSH Ange Guépin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.