“La lettre de motivation face aux réseaux sociaux professionnels : la poule devant un couteau” par Hugo Gaillard

Photo by Nicole De Khors from Burst

Hugo Gaillard réalise actuellement une thèse en sciences de gestion à l’Université du Mans sous la direction de Thierry Jolivet. Ce billet fait écho à son intervention lors de la table-ronde “Intime et extime en régime numérique” des journées doctorales “sociétés numériques” (15-16/11/2017).


La lettre de motivation est le document sensé permettre au recruteur d’effectuer une choix entre différentes candidatures sur un même poste, en complément du CV. Elle permet d’expliciter le besoin de travail (autrement que part le tranchant mais si pragmatique « pour vivre »). Au delà de ce besoin de subsistance (Alderfer 1969), elle justifie motive le choix d’un poste (alors même que ce choix est parfois contraint par la pauvreté de l’offre en quantité et en valeur).

Lorsque l’on questionne les entreprises à propos de la lettre de motivation, certaines certitudes sont remises en causes. Nous avons menés une série d’entretiens physiques ou téléphoniques avec des recruteurs mais aussi des candidats pour connaitre leur rapport à la lettre de motivation d’une part mais aussi aux réseaux sociaux professionnels. Les entretiens menés ont duré en moyenne 35 minutes et ont été conduits auprès de 7 recruteurs (privé et public, assurance, industrie, services à la personne et banque de détail) et 15 candidats.

Ainsi, de nombreux candidats postulent désormais sans lettre de motivation, alors même que la mention « Lettre de motivation obligatoire » accompagne l’offre. En entreprises, les pratiques contemporaines de recrutement et de candidatures, notamment via Internet (Fondeur et Tuchszirer, 2005) viennent menacer sérieusement ce document historique qui ne semble plus « indépassable » (Lochard, Ughetto 2006, p.133) à la dynamique continue et continuelle de numérisation des ressources humaines vers « l’e-RH »  (Laval F., Thierno Diallo A. 2007). Dans quelle mesure assiste-t-on au Grand Remplacement de la lettre de motivation par les réseaux sociaux professionnels ?

De l’uniformisation des pratiques qui tue l’outil

D’un outil de différenciation indéniable, la lettre de motivation est devenue une sorte de « document administratif » (recruteur) supplémentaire, auquel de nombreux recruteurs ne donnent qu’un « bref coup d’œil pour chercher les fautes » (recruteur) ou encore pour « trouver les mots-clés » (recruteur). D’ailleurs, les sites qui répertorient des modèles de lettres de motivations se comptent « par centaines » (candidat) et en proposent pour tous les postes, secteurs, et types de candidature (spontanée ou non, de l’intérim au CDI) certains même avec « des accroches en lien avec l’actualité » (candidat), moyennant un service payant.

Les candidats utilisent évidement ces bases, et « ajustent à la marge » (candidat). Premier constat : si la lettre de motivation est censée nous éclairer concernant la capacité d’un candidat à construire un document, un argumentaire, « un projet » (recruteur), qu’en est-il lorsque la rédaction se résume à « boucher des trous » (candidat) ? Également, la lettre de motivation est l’occasion pour le candidat de « démontrer qu’il connaît les mots-clés à la mode » (recruteur). Le mot compétence serait toujours « en tête du box office » (recruteur), talonné de près par les big data, startup, MOOC, et autres anglicismes que tous doivent savoir manier au risque de paraître has been (encore un). Les mots comme dynamique, motivé et disponible semblent « dépassés » (recruteur) et aujourd’hui entendus comme faisant partie du « bagage minimum de tout candidat qui se respecte » (recruteur). La professionnalisation du recrutement a eu des effets sur la finesse du processus de sélection (Fondeur 2014).

Uniformisée sur le fond, la lettre de motivation l’est également dans la structure via le traditionnel raisonnement tripartite en « vous, moi et nous » (candidat et recruteur), vos points forts, nos points forts, ce que nous pouvons faire ensemble. Finalement, elle serait « lue juste avant l’entretien » (recruteur) – donc plus vraiment utile pour le décrocher – « par curiosité » (recruteur) pour « valider les choix faits sur les CV » (recruteur), ou même « jamais lue » (recruteur).

De l’immédiateté, du dévoilement et du dictat de la mise à jour

Le développement des Réseaux Sociaux Professionnels (RSP) et du marketing RH (Liger 2013) qui semblaient a priori destiné aux jeunes candidats (Namoin 2011) modifie encore la contingence de la lettre de motivation. Certains y voient un dévoilement et une surexposition de soi (Tisseron,2001, Brodin & Magnier 2011). S’il ne s’agit pas d’un phénomène neuf, il conduit aujourd’hui les recruteurs à s’intéresser aux candidatures qui « vivent » (recruteur), qui « bougent » (recruteur), et qui en quelque sorte « témoignent » (recruteur).

Ainsi, quel est le poids d’une lettre de motivation (figée par essence), face à un candidat qui postule par son profil Linked In, après avoir plussoyé  (liké) une nouvelle sur la digitalisation du marché du travail, et dont les compétences sont recommandées par ses pairs ? Le système de recommandation en ligne a ses limites, à tel point qu’il est possible pour « un non spécialiste de recommander les compétences d’un ami sur sa spécialité » (recruteur). Toutefois, il semble bien que la démonstration de « l’appartenance à une communauté professionnelle » (recruteur) et « l’activité » « recruteur) en son sein, soient des éléments de différenciation plus puissants qu’une lettre de motivation, même bien tournée.

Du développement de pratiques alternatives

Ce mouvement numérique favorise également le développement de pratiques de cooptation virtuelle, et réduit les distances entre les candidats et les recruteurs par une hausse des interactions probables. Finalement les RSP ont « révélé une partie du marché caché » (recruteur) que les candidats cherchaient depuis si longtemps. Ils ont également caché une partie du marché, auparavant visible de tous : avec eux, « tout à chacun peu devenir chasseur de têtes lorsqu’il est au fait d’une opportunité » (recruteur).

Il y a une dizaine d’années, certains candidats se tournaient déjà vers le CV vidéo, témoignant de leur « volonté d’innover » (candidat), ils préféraient s’en remettre à l’image et au son, qui « parlent d’eux-mêmes » (candidat). De tels outils favorisaient le développement de la marque candidat (Peters 1997), sorte de « personnal branding » (Benraïss-Noailles L., Viot C. 2012, p.136) face à la marque employeur et au e-recrutement des entreprises (Girard, Fallery, Rodhain 2011).

Des lettres de motivations hybrides témoignaient, elles aussi, de la nécessité de réinventer l’outil. Insipides dans de nombreux cas, elles pouvaient tout de même revivre en tablette de chocolat, cahier de vacances, ou sur une bouteille de jus de fruits d’une grande marque : sorte de dernier souffle  d’un document à l’agonie. D’autres pratiques moins originales, mais tout aussi intéressantes, arrivent en entreprise. Prenons pour exemple le très contemporain « mail de motivation »  (recruteurs), version 2.0 du mail d’accompagnement de rigueur dans le cas d’une candidature par mail. Cette pratique est certainement née de la prise de conscience du  caractère ultra-opérationnel du mail faisant partie des usages quotidiens d’un bon nombre de salariés.

Finalement cet outil, est peut-être une manière de renouer avec la lettre comme outil de différenciation mais aussi d’évaluation. Accepté par de nombreux recruteurs, ce mail de substitution atteste d’un certain consentement chez les praticiens concernant son usage.

Le fossé se creuse et s’élargit

Si nous n’entendons pas donner un avis définitif sur la mort de la lettre de motivation, interroger les pratiques de recrutement et donc de candidature semble tout de même essentiel. A l’heure ou certains recruteurs sont très attachés à Linked In ou Viadeo (Benraïss-Noailles L., Viot C. 2012, p.130) et que d’autres envisagent le recrutement par Snapchat, certains suivent un  mouvement inverse, en privilégiant les lettres de motivation manuscrites.

Le fossé est déjà suffisamment large et profond pour qu’une prise de conscience et une réflexion collective émergent, et l’on peut douter que l’issue soit le retour à la lettre manuscrite. En se tenant comme une poule face à un couteau, la lettre de motivation est contrainte à l’évolution par les « candidats-internautes » (Benraïss-Noailles L., Viot C. 2012, p.126) et laisse sur le coté un certain nombre d’autres à l’heure de l’illectronisme et de la fracture numérique. Les retombées en termes d’image et de performance pour une entreprise qui ne s’adresse qu’à une partie avertie des candidats ayant franchi « le grand saut vers internet » (Lochard Y., Ughetto P. 2006, p.134) devront être mesurées.


Hugo Gaillard

Hugo Gaillard est doctorant et enseignant en Sciences de Gestion pour Le Mans Université, spécialisé en GRH et faits religieux au travail, Membre de l'Institut du Pluralisme Religieux et de l'Athéisme (IPRA). Il conseille en parallèle de son travail de recherche des entreprises et administrations sur les questions de faits religieux et de laïcité au travail.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/11/2018

    […] Gaillard H. (2017), « La lettre de motivation face aux réseaux sociaux professionnels : la poule devant un couteau », Journées doctorales « Sociétés Numériques », publié dans le carnet de recherche de la MSH Ange-Guépin, I.A.E. de Nantes, Nantes, 15 au 16 novembre 2017 LIRE […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.