Retour sur le cycle prospectif « le livre et la lecture dans 5 ans » (octobre-décembre 2016)

Large succès d’audience, la première partie du cycle « le livre et la lecture dans 5 ans » organisé conjointement par le laboratoire Arts & technologies de Stereolux, Mobilis (pôle de coopération des acteurs du livre en Pays de la Loire), l’école de Design, l’Université de Nantes et l’IUT de la Roche-sur-Yon s’est terminée mi-décembre. L’occasion pour nous de revenir sur un événement riche en réflexions.


Jean-Paul Pfirrmann

Gutenberg – Jean-Paul Pfirrmann

Penser le monde du livre dans 5 ans, c’est bien évidemment envisager, entre autre, la question du lien entre lecture et numérique. Épineux sujet car l’on tend régulièrement à opposer ces deux univers, le numérique étant bien souvent perçu comme le fossoyeur du livre et des bibliothèques lorsqu’il n’est pas uniquement envisagé comme un gadget technologique à l’obsolescence programmée (liseuses, logiciels…). Dans la suite logique de l’exposition estivale Liber Numericus organisée par Stereolux, ce cycle a voulu regarder le livre et la lecture sous des angles multiples et nouveaux.

Kyle Bean - The Future of Books

The Future of Books – Kyle Bean

Sa force et son originalité ont notamment résidé dans le fait de faire dialoguer des univers variés (sciences de l’information et de la communication, design, arts, bibliothéconomie…) et des acteurs multiples (usagers ou non des bibliothèques, étudiants, professionnels du livre, enseignants-chercheurs…). L’objectif n’était pas tant d’apporter une réponse fixe et concrète à une problématique volontairement large et ouverte mais bien plutôt de créer un espace de dialogue et de susciter des rencontres entre des acteurs aux profils variés.

Articulé autour de cinq thématiques, chacune intéressant plus particulièrement un des partenaires du projet (La Bibliothèque (ville de St-Herblain), les bibliothèques universitaires de Nantes, la bibliothèque départementale de Loire-Atlantique, la librairie l’Embarcadère (St-Nazaire), l’association PiNG), le cycle a cherché à questionner le futur proche du livre et à imaginer des complémentarités possibles avec le numérique :

  • Voir autrement : comment cartographier l’offre de lecture ? Comment imaginer de nouvelles façons d’aborder et de représenter le catalogue d’une bibliothèque ?

  • Lire ailleurs : comment envisager la bibliothèque hors les murs ? Comment trouver, emprunter, se promener dans les rayonnages ? Comment développer de nouveaux lieux mélangeant espaces traditionnellement dédiés au livre et espaces numériques ?

  • Apprendre demain : comment le numérique transforme-t-il la médiation du savoir ? Comment enseigner et apprendre tout au long de la vie ?

  • Le livre vient à moi : comment envisager la médiation vers le lecteur en dehors du bâtiment de la bibliothèque ? Comment penser la e-bibliothèque et son e-bibliothécaire ?

  • Parler d’un livre : comment, notamment dans les communautés de lecteurs, le numérique permet-il de partager du savoir autour des livres et de nourrir une vie littéraire ?
Affiche " Quelles bibliothèques souhaitez-vous pour demain ? ", Nantes&co

Quelles bibliothèques souhaitez-vous pour demain ? – Nantes&co

Le choix d’un horizon temporel proche, 5 ans, était à la fois un avantage (il ne s’agissait pas de partir dans des hypothèses futuristes irréalistes) et une difficulté (il fallait se détacher de son expérience quotidienne pour produire des idées créatives). L’objectif était alors double : proposer des solutions concrètes (prototypes) et prendre de la hauteur pour anticiper le changement. La multiplicité des formats des rencontres a permis d’aborder les cinq problématiques à la fois sous un angle théorique (conférence, table-ronde) et pratique (atelier avec des usagers, sprint créatif, retours d’expérience). Lors des rencontres avec les usagers, l’accent a été mis sur le côté ludique afin de libérer la créativité, faciliter le dialogue et faire ainsi ressortir des idées nouvelles et originales.

Cette démarche avait déjà porté ses fruits lors de l’atelier citoyen « quelles bibliothèques souhaitez-vous pour demain ? » lancé par la bibliothèque municipale de Nantes en début d’année 2016 et a été confirmé ici puisque les idées qui sont sorties de ces rencontres ont permis d’orienter dans leurs réflexions les étudiants lors du sprint créatif.


Le déroulement

Différentes étapes ont jalonné la première partie du cycle :

  • 06/10/2016 : Une conférence d’introduction sur «la médiation de la connaissance à l’ère du numérique » par O. Ertzscheid, et S. Mellot, respectivement maître de conférence et enseignante en Sciences de l’information et de la communication à l’IUT de la Roche-sur-Yon. A l’heure du numérique, qui de l’homme ou de la machine constitue le meilleur médiateur de la connaissance ? Sélectionner, interpréter, militer et échanger : dans ce combat à la David contre Goliath, le bibliothécaire n’est pas encore vaincu et peut, en parallèle des algorithmes, proposer une médiation à haute valeur ajoutée.

  • 15-18/10/2016 : Des ateliers usagers lors desquels des usagers, ou non, des bibliothèques ou autres lieux de médiation du livre étaient invités à partager leur expérience et leurs idées sur l’une des cinq thématiques du cycle. Encadrés par les étudiants, ces ateliers étaient volontairement ludiques (speed brainstorming, jeu de cartes…) permettant ainsi de faire émerger des pistes de réflexions variées.

    Sprint créatif, Stereolux

    Sprint créatif – Stereolux

  • 18-19/11/2016 : Un sprint créatif a réuni les étudiants de l’école de Design et de la licence pro « métiers de l’édition » le temps d’un week-end. En quatre groupes, ils ont cherché à définir des concepts et des scénarios répondant aux problématiques posées par les structures partenaires (« apprendre demain » pour les B.U. de Nantes, « lire ailleurs/le livre vient à moi » pour la bibliothèque départementale de Loire-Atlantique, « parler d’un livre » pour la librairie l’Embarcadère, « voir autrement » pour la Bibliothèque de St-Herblain).

  • 01/12/2016 : Une journée thématique et un atelier de synthèse. Cette journée a abordé sous forme de tables rondes et d’ateliers les cinq problématiques du cycle, en privilégiant le partage d’expérience entre professionnels du livre et du numérique et la découverte de réalisations originales (Kavan.land, Les Bookonautes, Scenotopic, Mobidys, Kit@lire, My Library Online, Short Editions). Elle a également fait le point sur l’état d’avancement des différents travaux des étudiants débutés lors du sprint créatif.

  • 15/12/2016 : Une conférence de conclusion a permis de présenter les enjeux pédagogiques du cycle et de faire une première présentation des projets des étudiants. Une conférence d’Hervé Bienvault, consultant indépendant, est revenu sur les problématiques soulevées par le cycle prospectif et a apporté des éclairages sur l’évolution du livre qu’il suit depuis de nombreuses années.


Premiers résultats

Si l’on devait résumer brièvement les enjeux soulevés par les thématiques du cycle, que retiendrait-on ?

  • Lire ailleurs/Le livre vient à moi : la mise à disposition de la lecture hors des lieux du livre est une thématique qui étreint tous les lieux de médiation et, à l’image de la musique dans la décennie qui nous précède, elle pose avec force la question de l’accessibilité des ressources (utilisation de technologies libres, réflexion sur les algorithmes)

  • Apprendre demain : le processus d’apprentissage actuel est perçu comme trop linéaire et descendant. Apprendre demain correspond à un savoir en co-construction, avec des supports en élaboration collective et la mise au point de traces qualifiées de cette collaboration.

  • Parler d’un livre : il s’agit de renouveler les formes de la rencontre autour du livre, de permettre à la communauté de lecteur d’élaborer collectivement un contenu pluri-sensoriel (texte, image, son…) et de partager cette critique sensible sous la forme d’un ouvrage numérique, qui permet l’agencement éditorialisé des contributions et sa publication (au sens de « rendre public »).

  • Voir autrement : la question de la représentation des ressources – le catalogue de bibliothèque ou l’assortiment du libraire – s’est posée avec force, partant du constat qu’il prenait trop souvent la forme d’un iceberg dont une partie infime parvient à la conscience du lecteur. Des formes de représentation plus sensibles, aléatoires, et correspondant à des parcours de lecture ont été imaginées.


Et après ?

La première partie du cycle est désormais terminée mais celui-ci se poursuivra encore, sous une forme un peu différente, tout au long de l’année 2017. Le prototypage puis les expérimentations in situ dureront plusieurs mois, en parallèle d’un dialogue constructif (débat, critique…) avec les structures partenaires ou avec les usagers.

2014 IDEO LP. (CC BY-NC -SA 3.0)

Design thinking – 2014 IDEO LP (CC BY-NC -SA 3.0)

Le travail de design thinking, en trois temps, commencé en octobre va continuer :

  • la phase d’inspiration pour comprendre les besoins (conférence, table-ronde, ateliers usagers) est close,

  • la phase d’idéation pour élaborer un concept et lui donner une forme concrète en réalisant un prototype rapide (sprint créatif, atelier de prototypage),

  • puis la phase d’itération pour tester le prototype et retours d’expériences vont se poursuivre jusqu’au 2e semestre 2017.

 ➡ Objectif: développer 4 prototypes légers et élaborer un protocole de tests de ces prototypes dans les établissements partenaires.

Electrolibrary by Waldek Węgrzyn

Electrolibrary – Waldek Węgrzyn

Si l’un des prototypes au moins fait la preuve de son efficience, tant du point de vue du médiateur que du point de vue des lecteurs, les porteurs du projet chercheront à développer un service numérique innovant en déposant une demande d’aide auprès du Ministère de la Culture et de la Communication afin de développer un outil plus construit.

Par ailleurs, la démarche ayant reçu un accueil très favorable auprès des professionnels du livre, les différents acteurs du cycle envisagent déjà de reconduire un cycle complet sur l’un ou l’autre de ces sujets :

  • les manifestations littéraires : comment conquérir de nouveaux publics ? comment inviter le numérique pour augmenter, enrichir l’expérience de la rencontre d’auteur ? comment renouveler les formes de la relation public/œuvre ?

    • l’édition collaborative : comment contribuer à l’éducation artistique et culturelle en invitant un public composite à participer à l’acte éditorial ? Comment mieux sensibiliser à l’éco-système du livre et le rendre plus vivant ?

    • la formation continue pour les professionnels du livre : comment proposer des ressources propres au secteur ? Comment cartographier l’offre et y accéder ? Comment normaliser cette offre ?

 Affaire à suivre !


.

Ce cycle a bénéficié du soutien du CPER DI2L2S.


Amélie Renard

MSH Ange Guépin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.